Last Updated on

LE projet SAPOLL (SAuvons nos POLLinisateurs) a débuté dès le 1er avril 2016, avec pour objectif principal de mettre en place un plan d’action pour la conservation des pollinisateurs sauvages de la zone transfrontalière France- Wallonie- Vlaanderen ! Oeuvrant dans une démarche collaborative, les partenaires associeront leurs forces afin de contribuer à la protection et à la valorisation de l’environnement par une gestion intégrée des ressources transfrontalières, axe prioritaire du programme Interreg.

Rassemblant huit partenaires d’horizons différents au sein des trois versants de la programmation Interreg (France: le Conservatoire d’Espaces Naturels du Nord et du Pas-de-Calais, le Conseil Départemental du Pas-de-Calais, Eden62, Groupe Ornithologique et naturaliste du Nord-Pas-de-Calais – Wallonie: l’Université de Mons, Natagora, l’Université de Liège Gembloux-Agro BioTech – Flandre: Natuurpunt), chacun peut apporter son expertise et ses compétences spécifiques afin d’oeuvrer dans ce but commun.

Les résultats

Incarnant une réelle opportunité d’impacter positivement sur la zone transfrontalière, en apportant notamment les clés à la population pour agir en faveur des pollinisateurs, les partenaires du projet SAPOLL n’ont cessé de collaborer dans ce sens au cours des deux dernières années par le biais d’une diffusion accrue, d’une sensibilisation participative ainsi que d’une véritable mobilisation des naturalistes du tissu transfrontalier.

Au programme:

  • La réalisation du Plan d’Action transfrontalier pour la conservation des pollinisateurs sauvages -> plus d’informations
  • La réalisation d’une exposition transfrontalière itinérante ;
  • Le développement d’un réseau transfrontalier de refuges pour les pollinisateurs au travers d’une charte et d’une communauté facebook;
  • Le développement de fiches pratiques pour la prise en compte des pollinisateurs dans vos espaces verts -> disponibles ici ;
  • La conception et la diffusion des premières « fiches espèces » qui permettront aux observateurs de la région transfrontalière de renseigner les espèces cibles et ainsi de participer au recensement des espèces pollinisatrices de nos régions;
  • La production d’une brochure bilingue de sensibilisation destinée au grand public transfrontalier;
  • La création de groupes de travail sur les différentes groupes de pollinisateurs;
  • La réalisation de différentes sessions de formation à l’identification des pollinisateurs à destination des professionnels ;
  • La production et mise à jour d’outils de détermination indispensables au rassemblement et à la formation de naturalistes (Atlas préliminaire des bourdons du Nord et du Pas-de-Calais, Clé des genres d’apoïdes de la zone SAPOLL, réactualisation de la clé de détermination des bourdons de la région transfrontalière – disponibles sur le site web) ;
  • Le suivi des pollinisateurs sur l’ensemble du territoire et développement d’une base de données transfrontalière sur les pollinisateurs. Grâce à ces données, les hotspots des pollinisateurs et de la pollinisation peuvent être cartographiés !

Le projet SAPOLL a récemment été invité au meeting du « European Network of Environmental Authorities-Managing Authorities » (ENEA-MA) de la Commission Européenne à Prague. Une bonne occasion de faire le point sur les premières réalisations chiffrées du projet.

  • A ce stade, plus de 250 actions de sensibilisation ont déjà été réalisées, touchant plus de 45.000 personnes. Plus de 1.000 familles réparties dans la région transfrontalière ont déjà inscrit leur jardin dans le réseau de refuges pour la protection des pollinisateurs.

  • Plus de 600 personnes ont suivi nos cours sur les pollinisateurs (bénévoles et professionnels) et 3 nouveaux groupes de travail sur les pollinisateurs et les abeilles sauvages ont été créés pour rassembler les naturalistes.

  • Plusieurs publications sur les pollinisateurs ont été réalisées, de la sensibilisation aux pollinisateurs (posters, brochures, fiches pratiques…) au guide entomologique pour débutants (clés des genres photographiques, …), en passant par les naturalistes et les publications scientifiques (articles scientifiques, atlas, …).

  • Une base de données transfrontalière a été créée et le consortium est lié par une convention entre les membres du projet. Cela nous a déjà permis de recueillir plus de 1.000.000 de données sur les pollinisateurs (papillons, abeilles sauvages, syrphes) en Belgique et dans le nord de la France. Enfin, plus de 580 nouveaux sites ont été échantillonnés, améliorant ainsi nos connaissances sur les pollinisateurs dans la zone transfrontalière.

Résumés des Rapports d’Activités

Semestre 7 - Avril 2019 à Septembre 2019
Initié le 1er avril 2016, le projet Interreg SAPOLL (« SAuvons nos POLLinisateurs » – www.sapoll.eu) entre maintenant dans sa dernière ligne droite pour se clôturer le 31 mars 2020. Au cours des dernières années, huit partenaires se sont mobilisés pour la conservation des pollinisateurs sauvages dans les trois versants de la programmation Interreg: le Conservatoire d’Espaces Naturels du Nord et du Pas-de-Calais, le Conseil Départemental du Pas-de-Calais, Eden62, le Groupe ornithologique et naturaliste du Nord – Pas-de-Calais en France; l’Université de Mons, Natagora, l’Université de Liège Gembloux-Agro BioTech en Wallonie; et Natuurpunt en Flandre. Semestres après semestres, les actions réalisées dans le cadre du projet ont révélé les synergies développées entre les partenaires.

Représentant véritablement la pierre angulaire du projet SAPOLL autour duquel s’articulent l’ensemble des actions entreprises dans son cadre, le Plan d’Action transfrontalier a officiellement été diffusé dans la zone transfrontalière au cours de ce semestre! S’agissant d’une version 1.0, celui-ci sera mis à jour en 2020 à l’issu du projet afin d’apporter les derniers ajouts et corrections lui permettant de constituer un catalyseur d’initiatives pour les 10 prochaines années (2019-2029). Trois axes stratégiques ont été explorés (1 – Amélioration des connaissances; 2 – Partage des connaissances et sensibilisation; 3 – Favoriser les pollinisateurs par le biais d’actions concrètes) et les différents types d’espaces et d’acteurs de la zone transfrontalière considérés. Outre le volumineux document produit (140 pages!) détaillant la situation globale et régionale des pollinisateurs sauvages, le contexte régional de mise en oeuvre du plan ainsi que la stratégie proprement dite, les partenaires du projet ont développé un accès interactif du plan sur le site web SAPOLL! Décliné en trois clés d’entrée (axe stratégique, type d’espace, type d’acteur), chaque lecteur pourra trouver efficacement les actions qui lui sont associées.

À l’instar des nombreuses actions conjointement entreprises au cours du projet (développement d’une exposition transfrontalière itinérante visitée par plus de 35.000 personnes, réalisation de plus de 150 actions de sensibilisation, dynamisation des sciences participatives de la zone, création d’un réseau transfrontalier de refuges pour les pollinisateurs comptant plus de 500 lieux, mobilisation des réseaux naturalistes au travers de la formation de plus de 500 personnes à l’identification des pollinisateurs sauvages, création d’une base de données transfrontalière rassemblant plus de 850.000 observations, amélioration des connaissances scientifiques par la prospection au sein de 360 nouveaux sites), la finalisation et la publication du Plan d’Action représente une démarche transfrontalière majeure qui souligne la pertinence et l’importance de la programmation Interreg France-Wallonie-Vlaanderen.

Au travers des réalisations de ce projet pluridisciplinaire, les partenaires du projet SAPOLL ont à coeur de sensibiliser, conscientiser, initier et dynamiser l’Action qui contribuera à la conservation du cortège pollinisateurs de la zone transfrontalière. Un seul objectif pour de multiples actions que chacun peut entreprendre!

Semestre 6 - Octobre 2018 à Mars 2019
Depuis le début du projet Interreg SAPOLL (« SAuvons nos POLLinisateurs » – www.sapoll.eu) le 1er avril 2016, les partenaires collaborent activement et unissent leurs efforts dans le but d’agir à différents niveaux dans la conservation des pollinisateurs sauvages de la zone transfrontalière. Pour cela, huit partenaires se mobilisent dans les trois versants de la programmation Interreg: le Conservatoire d’Espaces Naturels du Nord et du Pas-de-Calais, le Conseil Départemental du Pas-de-Calais, Eden62, le Groupe ornithologique et naturaliste du Nord – Pas-de-Calais en France; l’Université de Mons, Natagora, l’Université de Liège Gembloux-Agro BioTech en Wallonie; et Natuurpunt en Flandre.

La sensibilisation du grand public à la diversité et au déclin du cortège d’espèces pollinisatrices de nos régions constitue le premier palier auquel les partenaires du projet accordent une importance capitale, l’information et la conscientisation de la population constituant un puissant levier pour leur conservation. A l’heure où un changement global est urgent, où une véritable révolution à tous niveaux de notre société est indispensable, l’action citoyenne trouve tout son sens dans la préservation de la biodiversité et d’espèces clés comme les pollinisateurs sauvages. C’est notamment le message délivré par l’exposition transfrontalière itinérante qui a déjà touché près de 25.000 personnes en voyageant dans les versants français et wallon. Véritable succès auprès du grand public, cette exposition constitue l’un des meilleurs exemples de la collaboration transfrontalière, de par la collaboration de l’ensemble des partenaires du projet dans son développement. Cela a permis d’aboutir à des contenus didactiques, rigoureux scientifiquement, complets mais avant tout accessibles à tous.

Second palier, la mobilisation des réseaux d’observateurs représente, elle, une formidable occasion de former les naturalistes de la zone transfrontalière à l’identification des pollinisateurs aux travers de multiples formations et de groupes de travail. Cette transmission du savoir et de l’expertise constitue un pas important qui concerne non seulement les naturalistes et les passionnés mais aussi le grand public transfrontalier au travers des sciences participatives. La dynamique de collecte de données d’insectes pollinisateurs initiée depuis 2016 nous à déjà permi de grandement améliorer les connaissances scientifiques sur ces espèces de nos régions, troisième et dernier maillon d’action du projet SAPOLL. Citons notamment la réalisation d’un Atlas des bourdons du Nord et du Pas-de-Calais ainsi que la préparation d’un Atlas transfrontalier des bourdons de Belgique et du nord de la France!

Sur base de ces trois grandes thématiques d’action, les partenaires du projet SAPOLL ont finalisé lors de ce semestre la rédaction d’une version préliminaire du Plan d’Action transfrontalier pour la conservation des pollinisateurs sauvages, point central de ce projet Interreg. Ce Plan, destiné à chaque acteur du territoire (citoyen, gestionnaire d’espace, politique, …) sera adapté au contexte transfrontalier régional et permettra de donner les clés pour agir en faveur de la faune pollinisatrice. Scindé en trois axes stratégiques (1 – Amélioration des connaissances; 2 – Partage des connaissances et sensibilisation; 3 – Favoriser les pollinisateurs par le biais d’actions concrètes) et considérant les différents types d’acteurs et d’espaces rencontrés dans la zone transfrontalière, ce plan se veut être l’instigateur d’une dynamique pour la conservation de la biodiversité à tous niveaux de notre société.

Semestre 5 - Avril 2018 à Septembre 2018
Le projet Interreg SAPOLL (« SAuvons nos POLLinisateurs » – www.sapoll.eu) est maintenant entré dans sa troisième année! Une troisième année avant tout dédiée au concret et notamment à la finalisation du Plan d’Action transfrontalier, enjeu majeur du projet!

Par le biais d’une dynamique initiée au cours des deux premières années du projet, les huit partenaires des trois versants de la programmation Interreg (France: le Conservatoire d’Espaces Naturels du Nord et du Pas-de-Calais, le Conseil Départemental du Pas-de-Calais, Eden62, Groupe Ornithologique et naturaliste du Nord-Pas-de-Calais – Wallonie: l’Université de Mons, Natagora, l’Université de Liège Gembloux-Agro BioTech – Flandre: Natuurpunt) oeuvrent dans un but commun, la conservation des pollinisateurs sauvages!

Et celle-ci se décline en de nombreux aspects abordés dans le cadre de ce projet: allant de la sensibilisation du grand public à la mobilisation des naturalistes mais aussi de l’amélioration des connaissances scientifiques au développement d’un véritable Plan d’Action transfrontalier. A ce stade, plus de 100 actions de sensibilisation ont déjà été réalisées, touchant plus de 15.000 personnes, et plus de 500 familles réparties dans la région transfrontalière ont déjà inscrit leur jardin dans le réseau de refuges pour la protection des pollinisateurs.

Preuve de la dynamique naturaliste, plus de 400 personnes ont suivi nos cours sur les pollinisateurs (bénévoles et professionnels) et 3 nouveaux groupes de travail sur les pollinisateurs et les abeilles sauvages ont été créés pour rassembler les naturalistes.

Etape clé de l’amélioration des connaissances scientifiques, la base de donnée transfrontalière développée dans le cadre du projet a permis de rassembler plus de 800.000 données sur les pollinisateurs (papillons, abeilles sauvages, syrphes) en Belgique et dans le nord de la France. Enfin, plus de 360 nouveaux sites ont été échantillonnés, améliorant ainsi nos connaissances sur les pollinisateurs dans la zone transfrontalière.

Après deux années axées essentiellement sur la sensibilisation et la mobilisation du grand public et des naturalistes du territoire, les partenaires concentrent maintenant leurs efforts au suivi scientifique des pollinisateurs de la zone transfrontalière ainsi qu’à la rédaction du Plan d’Action!

Réalisé en lien étroit avec le suivi scientifique qui permettra la production d’informations pour sa mise en oeuvre, ce Plan transfrontalier répondra aux principales lacunes sur le territoire en permettant de (i) vulgariser les résultats scientifiques sur les pollinisateurs et leur déclin, et de les rendre accessibles à tous; (ii) proposer des méthodes qui auront été testées par des gestionnaires d’espaces et validées par des scientifiques; (iii) indiquer les actions prioritaires en faveur des pollinisateurs et (iv) indiquer les zones d’action prioritaires, ou à haut risque pour le service de pollinisation.

Semestre 4 - Octobre 2017 à Mars 2018
Une deuxième année se boucle déjà pour le projet SAPOLL (SAuvons nos POLLinisateurs), synonyme de mi-parcourt pour cette initiative transfrontalière qui a pour but premier de mettre en place un plan d’action pour la conservation des pollinisateurs sauvages mais aussi de sensibiliser le grand public et d’améliorer les connaissances scientifiques et naturalistes dans notre zone transfrontalière!

Rassemblant huit partenaires d’horizons différents au sein des trois versants de la programmation Interreg (France: le Conservatoire d’Espaces Naturels du Nord et du Pas-de-Calais, le Conseil Départemental du Pas-de-Calais, Eden62, Groupe Ornithologique et naturaliste du Nord-Pas-de-Calais – Wallonie: l’Université de Mons, Natagora, l’Université de Liège Gembloux-Agro BioTech – Flandre: Natuurpunt), chacun peut apporter son expertise et ses compétences spécifiques afin d’oeuvrer dans ce but commun.

A mi-chemin, quel bilan pouvons-nous faire et quel impact le projet a-t-il eu dans la zone transfrontalière?

Incarnant une réelle opportunité d’impacter positivement sur la zone transfrontalière, en apportant notamment les clés à la population pour agir en faveur des pollinisateurs, les partenaires du projet SAPOLL n’ont cessé de collaborer dans ce sens au cours des deux dernières années par le biais d’une diffusion accrue, d’une sensibilisation participative ainsi que d’une véritable mobilisation des naturalistes du tissu transfrontalier. Au programme au cours de cette seconde année: le développement d’un réseau transfrontalier de refuges pour les pollinisateurs au travers d’une charte et d’une communauté facebook; la production d’une brochure bilingue de sensibilisation destinée au grand public transfrontalier; la réalisation de différentes sessions de formation à l’identification des pollinisateurs à destination des professionnels ainsi que la production et mise à jour d’outils de détermination indispensables au rassemblement et à la formation de naturalistes (Atlas préliminaire des bourdons du Nord et du Pas-de-Calais, Clé des genres d’apoïdes de la zone SAPOLL, réactualisation de la clé de détermination des bourdons de la région transfrontalière – disponibles sur le site web).

Représentant une volonté commune d’agir pour la préservation des pollinisateurs dans la zone transfrontalière, le projet SAPOLL s’apparente à un pont entre la recherche scientifique et la réalité appliquée du territoire. A l’aube d’une nouvelle saison faste pour les pollinisateurs (mars-septembre), les partenaires ont activement collaboré à la planification des activités de sensibilisation, de sciences participatives ainsi que de celles organisées pour les différents groupes de travail de la région. Un seul leitmotiv: Diffuser les connaissances et les compétences pour mieux conserver cette biodiversité transfrontalière!

Semestre 3 - Avril 2017 à Septembre 2017
Le projet Interreg SAPOLL (www.sapoll.eu) est entré dans sa deuxième année! Une seconde année, dédiée au concret et à l’obtention de résultats chers aux partenaires de la zone transfrontalière. A l’instar de la première année qui avait véritablement lancé « SAPOLL » sur la scène médiatique (presse, média TV & radio), cette nouvelle année a déjà grandement contribué à la diffusion du projet au sein de la zone transfrontalière avec pas moins de 8 articles de presse et reportages vidéos provenant des trois versants! Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, l’exposition itinérante a aussi été inaugurée en 2017 comme prévu. Elément majeur de ce projet car incarnant la philosophie même de la programmation Interreg en terme de tenants et aboutissants, les partenaires des trois versants ont oeuvré de concert afin de mettre sur pieds cet outil de sensibilisation qui parcourra la zone transfrontalière durant les trois prochaines années.

De manière complémentaire, les actions dédiées à la sensibilisation du grand public transfrontalier constituent une priorité pour les partenaires du projet. Au programme, la réalisation concertée de la charte « Pollinisateurs » ayant pour but de mobiliser et rassembler les citoyens au sein d’une communauté de refuges pour les pollinisateurs sauvages. Autre aboutissement, dédié lui aux sciences participatives, la conception et la diffusion des premières « fiches espèces » qui permettront aux observateurs de la région transfrontalière de renseigner les espèces cibles et ainsi de participer au recensement des espèces pollinisatrices de nos régions !

Dernière réalisation de cette riche deuxième année du projet, et non des moindres, les sessions de formations naturalistes à destination des professionnels ont débuté en Belgique et en France ! Celles- ci ont rassemblé plusieurs dizaines de personnes impliquées professionnellement dans la conservation de la nature. Accompagnées de l’animation des groupes de travail, ces formations permettront d’harmoniser les compétences et de diffuser les connaissances entomologiques au travers de la zone transfrontalière.

Semestre 2 - Octobre 2016 à Mars 2017
Une première année se termine pour le projet SAPOLL ! Une année riche en échanges et actions, basée sous le signe de la démarche collaborative, leitmotiv essentiel de la programmation Interreg. Au cours de ces deux premiers semestres, la plus-value transfrontalière du projet a largement été démontrée au travers de multiples actions liées à la communication, la sensibilisation, la mobilisation naturaliste, le suivi scientifique ainsi qu’au plan d’action, enjeu majeur de SAPOLL ! Une véritable synergie a ainsi émergé des échanges réalisés, de l’association des compétences communes et de la valorisation de la richesse spécifique de chaque partenaire.

Au programme de ce second semestre, une véritable campagne de communication à large diffusion (grand public, naturalistes, scientifiques) au travers de nombreux canaux ! Plusieurs interventions médiatiques, publications et communications générales sont ainsi à mettre à l’actif de l’équipe SAPOLL. Fruit d’une collaboration transfrontalière assidue et enrichissante, le développement de l’exposition itinérante a aussi longuement mobilisé les partenaires des trois versants. Un peu de patience, celle-ci sera présentée au public transfrontalier lors du troisième semestre ! Parallèlement, le second semestre de ce projet s’apparente aussi au lancement de la première étape du plan d’action transfrontalier pour la sauvegarde des pollinisateurs sauvages, définie comme étant le bilan préliminaire des initiatives existantes sur la zone transfrontalière. Celui-ci constitue une étape cruciale qui permettra d’identifier les lacunes et synergies possibles sur le territoire afin de proposer de réelles solutions aux acteurs locaux.

En marge de ces deux grandes actions, les opérateurs ont travaillé de concert dans le suivi d’autres activités, comme l’ensemencement des sites liés à la valorisation des délaissés routiers, la sensibilisation du grand public et la mobilisation des naturalistes du territoire transfrontalier.

Semestre 1 - Avril 2016 à Septembre 2016
Le projet SAPOLL a débuté dès le 1er avril 2016, avec pour objectif principal de mettre en place un plan d’action pour la conservation des pollinisateurs sauvages de la zone transfrontalière France- Wallonie- Vlaanderen ! Oeuvrant dans une démarche collaborative, les partenaires associeront leurs forces afin de contribuer à la protection et à la valorisation de l’environnement par une gestion intégrée des ressources transfrontalières, axe prioritaire du programme Interreg.

Le premier semestre a été l’occasion de concrétiser et de consolider le partenariat transfrontalier au travers de la mise en place de nombreuses actions. Ainsi, les opérateurs ont travaillé de concert pour la réalisation d’un protocole expérimental en Pas-de-Calais qui permette d’étudier la valorisation des délaissés routiers pour les pollinisateurs ! Grâce à la collaboration intensive entre partenaires, les prairies fleuries pourront être semées dans l’Arrageois dès l’automne 2016.

Dotés d’une réelle volonté d’informer, de conscientiser et de sensibiliser le public de la zone transfrontalière, les partenaires des trois versants ont activement collaboré dans la mise en place à l’échelle transfrontalière d’expositions ainsi que d’actions de communication et de sensibilisation ! La sortie de terrain d’un groupe de travail flamand en province de Namur, et animées par un opérateur flamand (Natuurpunt) ainsi que par un opérateur wallon (Natagora) est un premier exemple des animations à venir.

Enfin, la collaboration scientifique nécessaire au suivi des pollinisateurs sur le territoire n’est pas en reste ! Les opérateurs ont signifié leur volonté de s’engager dans une collaboration de long terme par le biais d’une Base de Données Transfrontalière dont la durée de vie serait supérieure à celle du projet.